Home Vidéos Extreme The SkyWalk by Alex Thomson

The SkyWalk by Alex Thomson

Après ses photos et vidéos sur la quille puis sur le mât d’Hugo Boss, Alex Thomson réussit à nouveau un très joli coup de com’. « Suite au succès de ces deux premiers défis, nous ne voulions pas nous arrêter là. Nous souhaitions accomplir quelque chose d’encore plus fort, d’encore plus grand », explique le skipper britannique. Vaste programme… Annoncée depuis des jours à grand renfort de teasers, la vidéo postée ce mardi tient toutes ses promesses. Voyez plutôt… On décrypte ensuite !

Perché à 85 mètres de hauteur…
« Nous allons réaliser quelques chose qui mêle mes deux plus grandes passions : le kitesurf et la voile. Si nous avons le bon timing, nous parviendrons à un résultat spectaculaire », prévient Alex Thomson au début de cette vidéo. Le skipper et son 60 pieds IMOCA se trouvent à Alvor, au Portugal, un spot mondialement réputé pour la pratique du kitesurf. Très chic en costume Hugo Boss, Alex Thomson reprend les codes de ses précédents shows. Et c’est dans cette tenue pour le moins inhabituelle qu’il part naviguer en kite, dans 25 nœuds de vent, avec une planche et une aile aux couleurs de son sponsor. Le Britannique se met alors dans le sillage du 60 pieds, qui progresse à une allure de 12 nœuds. A bord, un membre de son équipe lui lance à l’eau un bout de 120 mètres de long accroché en tête de mât. Alex saisit ce bout et le fixe à l’arrière de son harnais. L’effet est immédiat. Propulsé par la vitesse du bateau, Alex s’envole rapidement bien plus haut que le sommet de son mât, qui culmine pourtant à une trentaine de mètres. Son impressionnante ascension se poursuit jusqu’à 85 mètres de hauteur !

Descente périlleuse
Mais le défi ne s’arrête pas là. Le plus difficile est même à venir pour Alex Thomson qui doit alors décrocher le bout de son harnais et voler de ses propres ailes pour redescendre. Le tout, on le rappelle, à 85 mètres au-dessus du niveau de la mer. Une perte de contrôle de l’aile pourrait avoir de terribles conséquences. Détaché du bateau, le kite redescend très vite. C’est le moment de vérité pour Alex qui garde son sang froid et parvient à atterrir en douceur, probablement en s’étant fait un peu peur…

Portrait du Skipper

Alex THOMSON

Alex Thomson ne sait pas uniquement plonger en costume du haut du mât de son bateau (imaginez un plongeoir de 29 mètres en mouvement…) pour les besoins de communication de son sponsor, Hugo Boss. L’image a fait le tour de la planète Internet, mais c’est bien du haut de ses capacités sportives de très haut niveau qu’Alex Thomson nourrit une ambition ultime : être un jour le premier Britannique à remporter le Vendée Globe.

Il en a parfaitement les moyens, avec une machine à foils dernière génération construite chez Green Marine en Angleterre. Lors de la dernière édition (3e en 2012/2013), Alex Thomson a aussi montré à tous qu’on pouvait parfaitement conquérir le podium avec un bateau « d’occasion ». Il est d’ailleurs souvent cité en exemple par ses pairs pour ce haut fait d’armes.

Mais ce n’est qu’un détail de son palmarès déjà éloquent et d’une histoire haute en couleurs. Notamment parce que ce passionné de vitesse qui a grandi sur les côtes du sud de l’Angleterre, fut aussi dès 1999 le plus jeune marin à remporter une course autour du monde : la Clipper Round The World Race, arrachée à l’âge de 25 ans seulement. Ses deux abandons successifs sur le Vendée Globe en 2004 et 2008 ne sont plus que des mauvais souvenirs. Alex est un phénomène, capable de repousser très loin ses propres limites et celles de son bateau. Comme lorsqu’il a battu le record de la traversée de l’Atlantique en solitaire ou conquis en double la 2e place de la Barcelona World Race. Le Britannique est obstiné et très expérimenté : comme Vincent Riou ou Bertrand de Broc, ce sera déjà la quatrième fois qu’il prend le départ de l’Everest des mers. Et il a très, très envie que celle-ci soit la bonne. A placer sans hésiter dans la catégorie des grands favoris. Un jour, un marin étranger gagnera le Vendée Globe. Alex Thomson pourrait bien être celui-là.
On a eu très peur pour son tout nouveau Hugo Boss, qu’Alex avait du abandonner en mer sur avarie lors de la dernière transat en double. Fort heureusement, son équipe a pu récupérer le 60 pieds et le réparer. Il sera à 100% au départ des Sables d’Olonne.

 Voir le Making-of :